POEME A L’EAU DE ROSE

Nous irons traverser le ciel
Ce monde parallèle
Qui n’est pas réel
Nous irons traverser le ciel

Mais il entre en éveil
Dans mon sommeil

Nous nous propulserons vers ce voile
Qui nous empêche d’atteindre les étoiles
Sur nous les rayons du soleil
Se poseront sur nous à notre éveil

Nous vivrons d’eau fraîche et d’amour
Alors au diable toutes les tours
Bonjour les paysans
Adieu les bâtiments

Et j’ai beau me mettre en vain
Tes doux yeux dans les miens
Nous irons traverser le ciel
Ce monde parallèle

Mais plus rien, plus rien
Ne me retient

Tes lèvres sur mes lèvres étaient
Un feu à qui nous avons fait
Renaître l’étincelle
Renaître l’étincelle

Toute tes caresses me blessent
Tes yeux me brûlent de tendresse
Nous irons traverser le ciel
Ce monde parallèle